Libération Quantique

7. LES RÉSISTANCES

Malgré notre grande motivation à nous libérer, nous pouvons avoir des programmations subconscientes qui vont saboter le processus de libération. Certaines personnes se plaignent que cela ne marche pas. Rien ne se libère.
Lorsque nous analysons là où elles sont restées bloquées, nous arrivons immanquablement à dénouer la situation.

Il y a plusieurs raisons pour lesquels cela ne marche pas:
1. Généralement, c’est tout simplement parce qu’on ne se focalise pas sur le bon aspect de la problématique.
2. Il y a un programme d’autosabotage par rapport au processus de libération lui-même
3. Il y a une résistance a libérer la problématique elle-même, ou un bénéfice caché à la garder.
Regardons plus en détail ces différentes causes:

Si vous restez trop général et que vous essayez d’accueillir avec le Flash du Coeur une problématique en général, cela ne va rien donner.


Simplement garder en tête la problématique en général n’est généralement pas suffisant. 
Il faut se focaliser sur vos sensations corporelles et émotionnelles pour que cela donne un résultat.


Si cela ne donne rien alors que vous vous êtes focalisés sur une émotion ou sensation localisée, alors il faut aller voir soit vos résistances, soit vos réactions par rapport à ces émotions ou sensations, soit vos réactions ou jugements par rapport à vos résistances.

Important: Avant de commencer la lecture de ce chapitre, prenez le temps d’évaluer où en est l’intensité émotionnelle, entre zéro et dix, de la problématique initiale que vous êtes en train de libérer. Notez sur papier l’intitulé de la problématique ainsi que son intensité.

Le mental a une forte tendance a minimiser le processus de libération des schémas. J’ai déjà vu des personnes complètement oublier qu’ils avaient un problème quelques minutes auparavant, pour me soutenir que cela n’avait jamais été un problème… alors qu’elles pleuraient quelques minutes plus tôt. Le mental ne prend en compte que les programmations existantes à l’instant T et va vous décourager en disant “rien n’a changé, c’est toujours là” en oubliant de prendre en compte l’intensité du sentiment.

Assigner un chiffre d’intensité à la problématique permet de surmonter cette tendance naturelle et va vous encourager à continuer dans votre processus de libération.

Ces résistances ont été mises en place de façon subconsciente. Elles ne sont en aucun cas un reflet négatif de votre personnalité. Elles ont été mises en place comme des programmations de protection, contre un risque perçu. Il y a plusieurs raisons à leur existence, qui seraient trop long à expliquer ici. Sachez seulement qu’il est normal d’avoir des résistances à lâcher prise. Quelques fois, je passe une séance entière à explorer et libérer les résistances… ce qui entraîne très souvent d’ailleurs une libération de la problématique initiale.

Il existe des thérapeutes qui osent dire à leur client “Vous n’êtes pas prêt à lâcher prise, (ou à vous guérir) vous avez trop de résistances.” C’est culpabilisant! Ils feraient mieux de dire: “Je vous suggère d’aller voir un autre thérapeute, car je ne sais pas comment aller au delà de vos résistances.”

Libérer les résistances est une étape nécessaire et intégrale au processus de libération!!

Si vous jugez vos propres résistances, le jugement lui-même devient alors la résistance à accueillir.


Prenez conscience aussi de vos justifications et minimisations, qui sont un indice qu’il y a une résistance ou une programmation à accueillir. Si vous vous dites “Oh j’avais ce problème, mais je suis bien au delà de ça maintenant…” allez plutôt voir la petite partie de vous qui est encore comme cela, afin de pouvoir l’accueillir et la libérer.

M. et Mme. Oui-mais

C’est ce que j’appelle les “Monsieur et Madame Ouimet”.
Ces résistances ont généralement été mises en place en petite enfance, afin de nous permettre de nous adapter à une situation face à laquelle nous n’avions ni le pouvoir de la changer, ni de nous battre, ni de fuir. 

Nous adapter en nous résignant à la situation et en abandonnant tout espoir de changement semble alors la meilleure stratégie de survie.

Heureusement, une fois adulte, nous pouvons nous libérer du carcan de ces résistances inconscientes, afin de reprendre notre pouvoir sur les évènements qui ne nous plaisent pas.

Nous libérer de nos résistances et de nos schémas nous permet de nous réapproprier notre pouvoir créateur.

Ressentez ce que cela vous fait de penser chacune de ces phrases et accueillez le avec le Flash du Coeur.
Donnez un chiffre entre zéro et dix à l’intensité du ressenti.
Répétez le processus jusqu’à ce que vous arriviez à zéro. 
Quelque fois il faut libérer d’autres résistances avant que la première s’en aille complètement.

Il y a des Oui-Mais classiques qui proviennent du sentiment d’impuissance vis-à-vis de la situation et/ou résistance au processus de Libération Quantique:


🔸 Oui, mais, ça ne peut pas partir comme ça!
🔸 Oui, mais, cela ne peut pas être rapide et profond en même temps! (Si c’est rapide, c’est superficiel)
🔸 Oui, mais, on se leurre et on passe a côté de l’essentiel

🔸Oui, mais ce problème existe depuis trop longtemps!
ça ne peut pas se libérer en 5 min
🔸c’est un processus de se libérer d’émotions, (elles ont besoin de prendre le temps de les ressentir pleinement etc)
🔸rien n’a changé, c’est toujours là (ne prenant pas en compte la baisse d’intensité).
🔸Oui mais, j’ai tout essayé, rien ne marche.
🔸Oui mais, si c’était tellement efficace, la méthode serait connue depuis longtemps!
🔸je sais pas si ça va marcher!
🔸j’attends de voir!
🔸c’est trop bizarre!
🔸Un soin collectif ne peut pas fonctionner en différé,
🔸j’ai besoin d’attention individuelle,
🔸j’ai besoin de contact physique.

🔸ça va trop vite, je ne comprends rien!
🔸mes problèmes sont beaucoup trop gros, trop profonds, trop vieux…
🔸cela ne peut pas marcher à distance!
🔸c’est pas sérieux
🔸Tamara ne sait pas de quoi elle parle!

🔸je ne suis pas capable
🔸je ne sais pas comment faire
🔸je me sens dépassé (par l’ampleur du problème)

Résignation:
🔸J’ai tout essayé, rien ne marche
🔸Personne n’arrive à m’aider
🔸Je ne vais jamais y arriver!
🔸C’est trop compliqué
🔸Ça ne va jamais marcher pour moi, ça va marcher pour les autres mais pas pour moi.

de la codépendance, blâme ou sentiment de ne pas être épaulé:
🔸Oui, mais le problème ce n’est pas moi, c’est les autres!
🔸Oui mais, je suis allée voir plein de thérapeutes, personne ne réussit à m’aider.
🔸Oui mais, j’ai besoin d’attention individuelle, ça ne peut pas marcher en soin collectif et encore moins en regardant une vidéo en différé!

de l’identification au problème:
🔸c’est comme ça que je suis
🔸je ne sais pas comment être sans cela
🔸toute ma famille est comme ça!
🔸c’est comme ça que cette personne est (celle qui est impliquée dans la problématique en question)

et il y a des identifications plus générales car toute situation négative suffisamment traumatique va être enregistrée par un bébé comme étant une expérience normale de qui il est, ou de comment est la vie:
🔸c’est comme ça la vie,
🔸c’est comme ça les relations humaines,
🔸c’est comme ça l’amour etc… et c’est ce qui fait qu’un bébé ayant eu des relations abusives avec les personnes qui prenaient soin de lui, va se retrouver plus tard avec un partenaire abusif.

Une fois vos oui-mais identifiés, ressentez les et accueillez les avec le Flash du Coeur.

Bénéfices secondaires

Un autre type de résistance à la libération est créé par les bénéfices secondaires cachés qui dérivent de la situation problématique. Si il y a un bénéfice secondaire qui n’a pas été identifié, alors le subconscient ne va pas vouloir lâcher l’ancienne façon d’être.

Une fois que ce bénéfice secondaire et son besoin correspondant ont été identifiés, la personne peut demander à recevoir énergétiquement ce dont elle a besoin pour son plus grand bien, et de la meilleure façon possible afin que ce besoin soit comblé et qu’elle n’ai plus besoin de garder cette problématique.

Par exemple, une femme ayant une maladie chronique sabotait ses efforts de guérison parce qu’elle appréciait l’attention accrue que lui procurait son mari depuis le début de sa maladie. Elle avait besoin de se sentir aimée, choyée, épaulée pour pouvoir enfin lâcher son désir inconscient de rester malade.

Dans le cas d’être éponge émotionnelle, prenez le temps de voir si vous tirez un bénéfice secondaire à rester une éponge. Comment avez vous construit votre vie autour du fait d’être éponge? 

Est-ce devenu une part de votre identité?

Est-ce une façon de vous mettre en retrait du monde?

Est une justification pour vous isoler et de ne plus souffrir de vos contacts avec les autres? Vous pourriez avoir une peur cachée d’avoir à faire face à d’autres aspects de votre personnalité qui vous mettent à mal dans vos interactions quotidienne et donc préférez inconsciemment de garder une partie de votre état d’éponge émotionnelle…

Est-ce une façon pour vous de vous valoriser? “Je suis tellement plus sensible que le commun des mortel!”

Est-ce une façon de créer du lien avec d’autres hyper-sensibles qui souffrent aussi d’être éponge émotionnelle vis-à-vis du reste de la population?

Vos retours m’intéressent! N’hésitez pas à m’envoyer un petit mot pour me dire comment cela semblait inconsciemment utile à votre subconscient de garder une partie de cette façon d’être éponge.

Déni

Parce que ce processus utilise l’énergie du coeur et non l’intellect, notre mental va avoir tendance à le minimiser. Le cerveau de survie ne prend en compte que ses programmations existantes. Il ne prend pas en compte notre bien-être émotionnel.

Une fois la programmation disparue, notre nouveau point de vue nous paraît être normal et le mental va avoir tendance à essayer de nous convaincre qu’elle n’a jamais existé et que ce n’était jamais un vrai problème.

C’est ainsi qu’après une libération de 10 minutes, un petit garçon a essayé de me convaincre qu’il n’avait jamais eu peur du chien, qu’il était en fait “très mignon”, alors que je l’avais vu être terrorisé par ce chien en laisse qui dormait paisiblement au fond du café.

Une femme n’ayant jamais eu de relation amoureuse, mais seulement des passades, était convaincue que nos trois séances n’y étaient pour rien au fait qu’elle avait rencontré son mari quelques semaines plus tard. Ils sont toujours mariés plus de dix ans plus tard et ont deux enfants. C’est la seule relation aimante qu’elle a eu dans sa vie.

Le mental sait comment vous garder en vie avec les programmations existantes et va essayer de vous convaincre que ce n’est pas la peine de continuer sur votre chemin de libération.

De plus il y a un phénomène d’adaptation aux situations difficiles qui ont été vécues dans la petite enfance. Se dire qu’une situation ne peut pas être changée et qu’il faut faire avec, que personne n’est disponible pour nous aider peut être mis en place si notre mental ne voit pas d’autre option que de se résigner à la situation lorsque l’on est petit, mais ne nous sert pas lorsque l’on devient adulte.

Dans ce cas, il convient d’accueillir avec le Flash du Coeur, les sensations et émotions correspondantes à ce type de pensées.

NOTE: 
Se libérer de sa réaction négative n’est pas la même chose que de valider un comportement inacceptable. Nous pouvons reconnaître que l’autre a un comportement indésirable ET nous libérer de toute réaction émotionnelle à son égard. Plus nous devenons neutres et bienveillants et plus nous nous extirpons de la dynamique malsaine.

Expansion et Paix intérieure indiquent que la libération est complète

Lorsque les libérations ont été faites jusqu’à la racine de la problématique, un grand sentiment de calme et d’expansion nous envahi.

Nous ne sommes plus en “réactivation”, réagissant aux évènements au travers des filtres de nos peurs,  doutes et autres programmations.  Nous percevons enfin les évènements au travers de l’énergie de notre coeur.

Nous sommes présent, connectés à notre Soi Supérieur, avec le coeur ouvert.


C’est le signal que la séance est terminée.

C’est pourquoi il est important d’aller jusqu’au bout des libérations en cours.

Une fois ce processus de libération des résistances accompli, revenez à l’examen de votre problématique originelle, dont vous avez noté l’intensité au début de ce chapitre. Généralement la problématique a disparue.

Si elle n’a pas complètement disparue, recommencez l’examen de vos sensations, émotions et peut-être résistances. Ou encore, restez en méditation avec le coeur ouvert pour laisser la magie de l’univers s’opérer en vous. Très souvent, il suffit de rester en communion avec cette énergie d’amour et de gratitude pour que les noeuds et blocages se défassent d’eux-même. 

Si vous avez besoin d’aide, je suis disponible pour des séances individuelles par téléphone, whatsapp, skype ou zoom.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, vos retours m’intéressent!